Un homme adopte un garçon trouvé sur un podium, sa mère revient pour ses 18 ans…

DIVERTISSEMENT

Henry, qui a 41 ans, avait quatre enfants et était veuf. Il les a soutenus en travaillant comme concierge à l’aéroport. Henry a eu du mal à joindre les deux bouts alors qu’il vivait de chèque de paie en chèque de paie.
Heureusement, ses collègues ont eu la gentillesse de donner aux enfants d’Henry des jouets usagés et des vêtements pour leurs propres enfants. Même leurs femmes, de temps en temps, envoyaient de la nourriture. Ils ont imaginé d’autres moyens pour aider Henry, car il a refusé d’accepter l’argent qui lui était offert. Un jour, alors qu’il balayait la piste après l’atterrissage d’un vol, Henry est tombé sur une poussette abandonnée. Pour l’inspecter, il ralentit et découvrit une petite fille dormant paisiblement à l’intérieur qui semblait avoir environ deux ans. «Comment est-il possible que quelqu’un ait laissé son enfant ici sans s’en rendre compte ?». Il regarda autour de lui et se demanda.
Il a réfléchi à la façon dont les autorités auraient pu manquer la poussette sur le chemin alors que personne n’était en vue. Il le poussa doucement en direction du bureau de la sécurité, où la police fut appelée. Henry a décidé de se remettre au travail en attendant. La petite fille se mit à pleurer et le pria de rester au moment où elle s’apprêtait à partir. «Maman? Où êtes-vous allé? Pour tenter de retrouver sa mère dans la foule de l’aéroport, la petite fille a pleuré et pleuré dans sa poussette. Pour la réconforter, Henry la serra contre lui. Il lui a dit:
«Ta mère sera bientôt là, chérie.» Sois calme. La petite fille a finalement cessé de pleurer, mais a continué à chercher sa mère. Henry regardait la foule aussi, mais n’a pas vu une femme venir vers eux. La disparition de sa fille a été signalée à la police à son arrivée quelques minutes plus tard, mais aucune femme n’a signalé la mort de sa fille. La femme n’a pu que confirmer qu’elle vivait avec sa mère et que son père était décédé lorsque la police l’a interrogée sur sa filiation.
À ce moment-là, Henry savait qu’il ne pouvait pas laisser la fille seule. Il se sentait mal pour elle parce qu’il était père. Il a décidé de prendre soin d’elle, même s’il savait que ce serait difficile. Il a avoué à la police qu’il était prêt à s’occuper du bébé et qu’il avait quatre autres enfants. La police était réticente au début, mais après avoir vérifié ses papiers et fait quelques recherches, ils lui ont permis de ramener la petite fille chez elle pour la nuit. Le lendemain, elle serait récupérée par les services sociaux. Henry ne s’est pas fâché. Elle s’est arrêtée à l’épicerie pour acheter de la nourriture pour bébé et des couches sur le chemin du retour. Ses enfants étaient impatients de la rencontrer une fois rentrés à la maison. Elle aussi était heureuse. Henry et ses fils ont dîné avec la petite fille ce soir-là et l’un d’eux a lu ses histoires jusqu’à ce qu’elle s’endorme.
Henry ne pouvait s’empêcher de la regarder alors qu’elle dormait profondément. Si la mère n’arrivait pas, il s’inquiétait de ce qui se passerait. Il a commencé à envisager d’adopter le bébé, car il savait qu’il serait difficile pour elle d’aller dans un refuge. Il avait pris sa décision le lendemain matin. Cependant, l’assistante sociale hésitait à le laisser prendre le bébé lorsque les services sociaux sont arrivés. Après des heures de négociation, Henry a réussi à les convaincre de le laisser le garder. Il n’y avait qu’une seule condition : qu’elle se soumette à une vérification des antécédents et obtienne le statut de famille d’accueil, ce qu’elle a fait.
Bien que des mois se soient écoulés, l’enquête policière est restée infructueuse. Ne trouvant aucune trace de la mère du bébé, Henry finit par l’adopter légalement. Parce qu’il la considérait comme une bénédiction, il lui a donné le nom de Blessie. Elle n’avait aucune idée de ce qui l’attendait ; Blessie était adorée par Henry et ses enfants. Ils ont même nourri et baigné Blessie à tour de rôle, l’aidant à changer ses couches. Blessie s’est rapidement adaptée à la famille d’Henry au fil des jours. Le manager d’Henry avait augmenté ses honoraires. Maintenant, elle pouvait mieux s’occuper de ses enfants. On lui a également proposé un meilleur emploi avec un salaire plus élevé après quelques années.
La vie de Blessie semblait aller bien, jusqu’à ce qu’un visiteur inattendu arrive le jour de son 18e anniversaire. Une femme en talons aiguilles scintillants, clairement riche, se tenait sur le pas de sa porte. La ressemblance entre cette femme et Blessie fit peur à Henry. « Henri Pat ? «Je m’appelle Ayleen Morales. Je suis ici pour lui reprendre ma fille, qui l’a accueillie il y a 16 ans. Elle a dit: «J’ai besoin de votre argent.» Henry se sentait mal et comme si tout autour de lui s’effondrait. « Es-tu avec elle ? Où en es-tu maintenant après toutes ces années ? Avant que j’appelle la police, partez ! Il n’a pas du tout besoin de votre argent !»
Henry a été surpris par la réponse de la femme et elle a ri. Henri, oh ! Cela n’a pas vraiment d’importance. Ne vous inquiétez pas trop. Écoutez, à l’époque, je n’avais pas les idées claires. Je n’étais pas prête à devenir mère; la vie d’une femme ne se résume pas à élever des enfants. Maintenant, je voudrais le récupérer.
«Rends le?» Henri répondit : « Madame, faites attention. Ma fille n’est pas un bien jetable qui peut vous être retiré à tout moment. Elle a été légalement adoptée par moi et n’a rien à voir avec ma famille.

droleinfo
Оцените автора